Sortir de la frénésie de la nouveauté

Personnage du jeu Room 25 qui s'échappe du complexe

Par Jack Sellaire

L'écriture et le jeu de société sont-elles deux passions incompatibles ? A vous de voir. J'accepte le challenge de les faire cohabiter via ce site hébergeant ce "double blog personnel".

14 novembre 2019

Ah… Essen 2019 et ses nouveautés à la pelle ! Que dire à ce sujet ? Ah oui: Je m’en fiche tellement royalement ! Et oui, ces propos font de moi un très mauvais blogueur amateur de jeux de société, que voulez-vous, je suis incapable de faire semblant. Remarquez bien que j’aurais pu garder cela pour moi mais ce manque d’intérêt est directement lié au sujet de ce billet d’humeur.

Inutile de le redire, nous vivons une sorte d’âge d’or de la production de jeux de société. Jamais nous n’avons vu autant de nouveaux jeux sortir chaque mois, voire chaque semaine. D’ailleurs j’aurais pu utiliser le terme « raz de marée », c’était la même idée. Il y a de tout, du bon, du mauvais, du thème affriolant, du thème tout pourri, du kubenbois, de l’améritrash… Comment s’y retrouver là-dedans ? Eh bien on ne s’y retrouve pas ! Je considère même cette frénésie de la nouveauté comme une désolation !

Aujourd’hui, le véritable geek du jeu de société tend à être un collectionneur plutôt qu’un joueur. La question de la re-jouabilité ne se pose plus de manière légitime car de toute manière le nouveau jeu est déjà obsolète deux semaines plus tard, après une partie, deux parties au mieux. Il faut être celui qui a testé le dernier jeu dès sa sortie sous peine de passer pour un troglodyte ludique. Les jeux encore sous cellophane s’échouent sur les Kallaks, cohabitant avec leurs ancêtres déballés mais délaissés. Nous y sommes, l’univers du jeu de société est devenu un énième reflet de notre société d’ultra-consommation.

Alors fort heureusement, la caricature sus-citée n’est pas valable pour tous les joueurs, cela ne représente qu’une certaine partie de la population que je ne saurais quantifier. Toujours est-il que cette partie de la population me fait un peu de peine. Et je ne dis pas cela méchamment. Je les plains car ils sont victimes d’un système. J’ai la « chance » d’avoir vécu une dernière année dans une situation financière précaire, me contraignant à gérer un budget loisirs jeux plus que serré. Cela m’a permis de prendre un recul sur cette frénésie: Cela m’a fait du bien en tant que joueur. J’ai réappris à apprécier jouer à d’excellents jeux laissés à l’abandon face aux nouveautés.

Il y a deux semaines, j’ai passé la soirée dans un club de jeux que je visite très occasionnellement. 3 membres de cette association ludique étaient ravis de proposer des parties de jeux cuvée Essen 2019 auquel ils sont allés. Peu emballé mais tout de même curieux, j’ai pu tester Alubari. Etant donné que je ne suis quasiment rien des nouveautés à paraître, je ne connaissais pas ce jeu. Un jeu de pose d’ouvriers, m’a-t-on dit. Cela tombait bien, c’est un style que j’affectionne. Et bien ici, je me suis emmerdé comme un rat mort. Au sortir de la partie, j’ai médité sur l’intérêt d’aller faire des centaines de kilomètres, cramer du fric en transport, bouffe, hébergement… Pour se procurer une panoplie de jeux en VO qui seront disponibles en VF à peine quelques semaines plus tard. Alors certes oui, il doit y avoir quelque chose qui m’échappe, peut-être une ambiance particulière, festive, ludique. Je ne suis jamais allé à Essen ni à un autre gros salon, même pas à Ludinord alors que c’est à 20 minutes de chez moi. Un jour je testerai ce dernier pour tâcher de mieux comprendre (et pourquoi ne pas enregistrer une vidéo sous l’angle du sceptique).

Un autre défaut de cette pléthore de jeux à disposition: Cela disperse les joueurs d’un même cercle. Chacun à son envie précise et au final, accepter l’envie de l’un d’eux peut être synonyme de sacrifice pour les autres.

J’en ai terminé avec ce texte qui n’a pas de réel intérêt, je l’avoue. Je ressentais simplement le besoin de m’exprimer sur le sujet, voilà qui est fait, je me sens mieux. 😀 

Autres articles :

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *