Après une première tentative ratée car non assumée à 100% lors de ma partie précédente, j’ai eu l’occasion de retenter une stratégie axée sur le maître brasseur. Cette fois-ci avec un meilleur succès. Je me suis dit qu’écrire un article à ce sujet pourrait vous intéresser si vous êtes amateur de ce jeu au thème aussi anecdotique que sa mécanique est originale. Par contre, avant de m’aventurer davantage dans cette bafouille tactique, je tiens à préciser en toute transparence que je n’ai disputé – à l’heure où j’écris ces lignes – que 3 parties de ce jeu. Je suis donc loin d’être un expert et n’avance aucunement que cette stratégie est la meilleure. A vous de la juger gagnante ou non, pour moi elle le fut hier soir.

Rentrons maintenant dans le vif du sujet : Cette stratégie repose principalement sur le niveau du maître brasseur. Le but est d’atteindre la meilleure combinaison taux de change et multiplicateur. Cela implique de composer avec des productions de ressources et de revenus assez pauvres sans négliger les disques d’activation ainsi que les objectifs des barils.

L’objectif prioritaire : Amener le maître brasseur sur la dernière case de la piste de production

Et il y en a des cases à arpenter pour notre bon vieux maître brasseur ! Pas moins de 29. Pour cela, le meilleur moyen d’y parvenir est de viser les tuiles bâtiments les plus faibles : Celles construites lorsque la valeur de fertilité voisine cumulée est comprise entre 0 et 7. Ces tuiles bâtiments ne permettent aucune activation de tuile ressource (ou moine) adjacente mais fait progresser le maître brasseur de 6 cases. Construire 3 fois ce bâtiment assure 18 des 29 cases à franchir. C’est ce que je recommande. En jouant cette stratégie, il est difficile de se dégager le temps d’en construire plus. Les 11 dernières cases peuvent s’attraper d’une autre manière : Grâce à la carte privilège ‘le maître brasseur avance de 5 cases’, grâce au bonus case de départ et grâce aux activations de moines voisins d’autres moines.

Acheter les ressources et les moines les moins chers

Pour les deux raisons évoquées dans le paragraphe précédent, c’est à dire la construction de bâtiments à valeur de fertilité faible et pour faire progresser le maître brasseur : L’achat de moines est capital. Comme le moteur de ressources que nous comptons monter est peu efficace, il faut viser les moines qui coûtent 2 ou 1 ducats. C’est le même tarif pour les ressources, il faut cibler en priorité celles de valeur 1, voire 2. Il faut de toute manière veiller à éviter de dépasser un total de 7 autour d’un site de construction. S’assurer de posséder tous les types de marchandises et au moins un moine de chaque type est intelligent, j’y reviens plus tard.

A propos du placement des tuiles moines et ressources. Jouer à cheval sur les zones lumineuses et ombragées permet à la fois de grappiller quelques ducats – juste assez pour financer les achats des derniers tours – et de monter quelques niveaux de ressources sur la piste de production.

S’emparer des disques d’activations en vue de bénéficier des cartes privilèges

Les disques d’activations sont généralement snobés lors du premier tour, puis de plus en plus courtisé au fil de la partie. En prendre dès le début de partie – ne serait-ce même que pour produire sur une seule tuile – n’est pas idiot. Car pour que cette stratégie fonctionne, les cartes privilèges donnent un boost non négligeable palliant au manque de revenus et de production de ressources. Et puis, un disque pris est un disque qu’un adversaire n’aura pas, c’est également un autre moyen de creuser l’écart avec la concurrence. C’est un excellent moyen de pression : Nos rivaux savent qu’ils vont devoir faire l’impasse sur certaines ressources qu’ils convoitent s’ils veulent eux-aussi acquérir des disques d’activation. Bon là par contre, je ne fais que souligner un point du jeu élémentaire et valable pour à peu près toutes les stratégies jouables sur le Bien et le Malt.

Il est inutile d’attendre d’avoir beaucoup de tuiles ressources ou moines d’un même type avant d’activer ces tuiles en question car cela n’arrivera quasiment jamais. Pas le temps !

S’assurer certaines tuiles objectifs des barils

En jouant la tactique du maître brasseur pressé, certains objectifs des barils nous tendent les bras, à commencer par l’objectif ‘le maître brasseur doit au moins avoir atteint la case 1 de notre piste de production’. D’autres tuiles sont assez simples à revendiquer : ‘3 tuiles constructions identiques’, ‘avoir joué 3 cartes privilèges’ et ‘avoir placé 6 tuiles ressources de fertilité 1’. Une fois ces objectifs valables, il n’y a plus qu’à se pencher et à cueillir. 5 points le baril (en considérant que nous avons joué la carte privilège qui va bien), c’est miam miam.

Pour terminer

Une fois le maître brasseur en bout de piste de production, et la plupart des disques d’activation posés sur notre plateau personnel. Il ne reste plus qu’à tenter de gratter quelques niveaux de production pour nos ressources. Avec un taux d’échange de 1 pour 1 et un multiplicateur de 6, la moindre case de plus équivaut à gagner 1,20 points de victoire (en réalité le calcul est un poil plus complexe que ça mais dans les grandes lignes, ça donne ça), ce qui n’est pas rien dans ce jeu. Si nous avons le choix du bonus sur la dernière case (départ) en fin de partie, il est plus intéressant de choisir le bonus de +2 en production d’une ressource plutôt que le +1 point de victoire de la case premier joueur. Bien entendu, s’il manque un niveau de maître brasseur à ce stade du jeu pour arriver au bout de la piste, alors la question ne se pose même pas.

En fin de partie, les marqueurs ressources ne seront pas regroupés très haut sur la piste, le multiplicateur de 6 compensera plus que largement cet aspect.